8 Articles

Trier par

Pendant la Révolution, la basilique avait été vandalisée. Au XIXe siècle, des travaux considérables sont entrepris, et à la fin de l’Empire, en 1813, le chantier est finalement confié à l’architecte François Debret (1777-1850). À l’occasion de cette exposition, admirez des créations originales de François Debret comme par exemple une colonnette sculptée. Elle fut inspirée de celle du XIIe siècle et a été récemment retrouvée dans les réserves du musée de Cluny et a été restaurée spécialement pour l’exposition. Les projets, dessins préparatoires et esquisses qui retracent les restaurations de François Debret sont issus des collections publiques, notamment des Archives nationales, de la Bibliothèque nationale de France, du musée du Louvre, de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, mais aussi des Archives départementales de Seine-Saint-Denis, des Archives municipales de Saint-Denis, ou encore du musée Antoine-Vivenel à Compiègne. En savoir +

EXPOSITION DES NOUVELLES RÉALISATIONS DE VITRAUX EN FRANCE 2015-2019 Plus de 60 œuvres, conçues par 19 peintres contemporains sont exposées dans les grandes salles voûtées du XIIIème siècle, classées Monument Historique, du musée du Centre international du Vitrail, à deux pas de la cathédrale. 28 grands chantiers de vitraux, qui viennent de s’achever en France, sont présentés : vitraux originaux, panneaux d’essais, épreuves d’artistes, conçus par 19 peintres contemporains, témoignent de ce dialogue majeur entre la pensée contemporaine et celle, toute spirituelle, à l’origine d’édifices monumentaux de notre patrimoine architectural historique et contemporain. En savoir + — Ouvert tous les jours du lundi au vendredi : 9 h 30 – 12 h 30 / 13 h 30 – 17 h 45, les samedis : 10 h – 12 h 30 / 14 h 30 – 17 h 45, les dimanches et jours fériés : 14 h 30 – 17 h 45

De la chrysalide au papillon : l’Icône, une échelle pour le Ciel A la Basilique de Marçay (86370) du 5 avril au 23 juin 2019   A compter du 5 avril 2019, la Basilique de Marçay (à proximité de Coulombiers) accueille dans l’écrin de sa nef une exposition d’icônes et d’enluminures intitulée « De la chrysalide au papillon : l’icône, une échelle vers le ciel ». Des œuvres réalisées par l’iconographe André FAGE selon la méthode traditionnelle, dans des formats divers et des thèmes variés, de grandes ou petites dimensions (format liturgique ou icônes portatives de voyage), et par ailleurs d’enluminures, présentées sous vitrines. Né à Poitiers en 1957, André FAGE a quitté sa ville natale à l’âge de 20 ans pour le sud de la France, où il allait exercer sa profession de juriste au service de l’Etat. Très tôt passionné par l’art sacré, il sera initié à l’iconographie russe à l’occasion d’une affectation dans le département du Var en 1987, dans un monastère orthodoxe. En 2004, il a élargi sa palette en se formant à l’art de l’enluminure médiévale sur parchemin, qu’il pratique concurremment avec celui de l’iconographie. Ses expositions dans toute la France ont été couronnées de […]

A comme « Agnus Dei », B comme « Bras », C comme « Custode », D comme « Dent », E comme « Épine »… Les grands thèmes relatifs aux pratiques et à la croyance chrétienne se déclinent en 26 lettres à travers l’exposition « Les Reliquaires de A à Z » : un abécédaire mystique composé à partir des collections du Mucem ! En 2002, le Mucem a fait l’acquisition auprès d’un particulier d’une collection unique de près de 500 reliquaires. Ce très riche ensemble témoigne avec brio de la variété des formes, des techniques et des usages du reliquaire dans le monde chrétien européen sur une période allant essentiellement du XVIIe siècle au premier tiers du XXe siècle. Le terme « relique », issu du latin reliquiae (littéralement « restes »), désigne les restes humains de saints personnages (souvent des fragments osseux) ou bien des objets leur ayant appartenu ou ayant été en contact avec leur corps. Dans la religion chrétienne, si les reliques furent d’abord placées dans l’autel des églises, le développement de leur culte s’accompagne de la production d’une grande variété de contenants utilisés pour les conserver et les magnifier : châsses, ostensoirs, tableaux, coffres, […]

Souffles de vie   Claire Bazil, peintre exposera ses œuvres du mercredi 10 avril 2019 au 28 juin 2019 dans la galerie de l’espace culturel de la cathédrale de Créteil. Vernissage le mercredi 10 avril à partir de 18h.     — Informations pratiques : Horaires d’ouverture de l’espace culturel : Du lundi au vendredi de 10h à 19h Le week-end de 15h à 18h. Chemin des Arts en Val de Marne 2 rue Pasteur Vallery-Radot – 94000 CRETEIL http://chemindesarts.org contact@chemindesarts.com Métro: ligne 8-Créteil Université Bus: Créteil Université TVM – Montaigut 181, 281 – Saint Simon 172, 281

À l’occasion du prêt emblématique par la Roumanie de la « Bannière de saint Georges » du prince Étienne le Grand, l’exposition se  propose de mettre en valeur le caractère exceptionnel des collections roumaines de broderies de tradition byzantine, fleuron du patrimoine roumain et du patrimoine universel. Autour du chef-d’oeuvre offert par Étienne le Grand en 1454 au monastère de Dionysiou au mont Athos, qui fut remis solennellement par la France à l’État roumain en 1917, plusieurs oeuvres insignes illustrent l’extraordinaire développement de la broderie de tradition byzantine en Roumanie du milieu du 15e au milieu du 17e siècle. Hérités de Byzance, les ornements brodés de la « panoplie sacerdotale » des évêques, des prêtres et des diacres, et ceux de la « panoplie liturgique » destinée à la célébration du culte répondent à un ensemble unique au monde de couvertures de tombeaux princiers où le caractère hiératique des images byzantines cède bientôt le pas à la tentation du portrait. Commissaire(s) : Jannic Durand, musée du Louvre. En savoir +

Mal connus, les grands Christs en bois d’époque romane sont particulièrement nombreux en Auvergne, mais aussi en Aveyron dans les églises d’Aubin, de Salles-la-Source ou Thérondels. Au fil d’un âpre travail de recherches, Pierre Moulier, éminent spécialiste des questions patrimoniales, a pu photographier dans les plus petits détails vingt Christs, dont le Christ noir de la cathédrale de Saint-Flour, un des exemples les plus intrigants qui se donne aux visiteurs. Il a effectué toute une série de clichés de croix à travers l’Auvergne et l’Aveyron que vous pourrez trouver en partie lors de cette exposition. Cela a débouché sur une analyse stylistique et détaillée des Christs romans, afin de saisir leurs particularités. En savoir +

Cette exposition s’attachera aux représentations du voile dans l’art de l’Antiquité à nos jours, à travers sculptures, peintures, dessins et photographies. Du latin « velum », rideau, cet accessoire textile dissimule ou met en valeur certaines parties du corps. C’est un peu une frontière séparant le visible de l’invisible. Le voile est un attribut vestimentaire appartenant à la tenue des femmes du bassin méditerranée depuis l’Antiquité. Il est parfois aussi masculin. Il est aussi un sujet brûlant de nos sociétés modernes, sur lequel il est intéressant de prendre du recul pour mieux le comprendre. Le voile revêt des significations et des représentations différentes suivant les contextes. Il est voile de pudeur, de deuil. Son usage peut-être religieux, identitaire ou allégorique. Il symbolise la soumission comme l’affirmation. Le voile est aussi coquet, séducteur… L’exposition Voilé.e.e.s Dévoilé.e.s. réunira une centaine d’œuvres de toutes époques, de l’Antiquité à nos jours. Photos, peintures, sculptures… montreront les multiples aspects du voilement et du dévoilement dans les arts. En savoir +