En Europe occidentale un nombre de plus en plus important d’églises et de chapelles n’ont plus d’utilisation cultuelle. Leur réutilisation à des fins culturelles ou sociales, parfois en alternative à leur destruction simple interroge les communautés ecclésiales. C’est au cours d’un colloque réuni à Rome sur cette question que le pape François a pu adresser sa réflexion dont voici un extrait. L’ensemble du texte est aujourd’hui accessible en italien sur le site http://press.vatican.va/content/salastampa/en/bollettino/pubblico/2018/11/29/181129a.html

« Les biens culturels ecclésiaux sont des témoins de la foi de la communauté qui les a produits au cours des siècles. Ils sont donc à leur manière des instruments d’évangélisation qui accompagnent les outils habituels de proclamation, de prédication et de catéchèse. Mais leur éloquence originelle peut être préservée même quand ils ne sont plus utilisés dans la vie ordinaire du peuple de Dieu, notamment par le biais d’une exposition muséale correcte, qui ne les considère pas uniquement comme des éléments patrimoniaux de l’histoire de l’art, mais leur redonne une nouvelle vie afin qu’ils puissent continuer à mener à bien une mission ecclésiale. » Pape François, Message du Saint-Père aux participants à la conférence «Dieu ne réside-t-il plus ici? Démantèlement des lieux de culte et gestion intégrée du patrimoine culturel ecclésiastique » Université pontificale grégorienne, 29.11.2018.